Dressage de chien – Le couple du canton de Tyrone espère former des chiens de détection COVID-19; qui ont besoin d’échantillons de virus – Eduquer son chien

MÉTHODE POUR DRESSER VOTRE CHIEN seulement 15 min par jour


UP NEXT

SUIVANT

Pendant des années, Lori et Jack Grigg ont formé des chiens pour détecter les punaises de lit, l’hypoglycémie chez les diabétiques et pour aider en tant que chiens d’assistance médicale.

Maintenant, le couple espère former des chiens pour détecter le virus COVID-19.

Lori Grigg a déclaré que la réaction du corps à une infection virale dégage un parfum spécial qui permet au chien de détecter si une personne est infectée.

Idéalement, il espère que les chiens pourront renifler ceux qui sont asymptomatiques dans la foule dans les aéroports, les écoles et les hôpitaux.

Le couple a été chargé d’entraîner des chiens de détection COVID-19 après avoir entendu parler d’études en Europe et à l’Université de Pennsylvanie.

“Je pense qu’il est à l’avant-garde des chiens de détection. Je pense qu’il est vraiment très utilisé”, a déclaré Lori Grigg, 59 ans. “Ils disent que les chiens devraient pouvoir renifler environ 250 personnes par heure.”



homme et femme avec un chien: les résidents de Tyrone Township Lori et Jack Grigg posent le vendredi 29 mai 2020 avec leur chien dressé Casey Chasem, qui fait partie de leur chenil de dressage de chiens paradisiaques pour les chiens qui, espérons-le, seront formés pour détecter le COVID-19.


© Gillis Benedict / Livingston Daily
Les résidents de Tyrone Township Lori et Jack Grigg poseront avec leur chien dressé Casey Chasem le vendredi 29 mai 2020, dans le cadre de leur chenil de dressage Paradise Dog, qui, espérons-le, sera formé pour détecter le COVID-19.

Le couple est le seul établissement de formation à essayer de former un chien de détection COVID-19 dans l’État, a-t-il déclaré.



un groupe de personnes debout dans une pièce avec un chien: un retriever du Labrador nommé Rudy suit un arrangement circulaire qui contient principalement des boîtes vides, reniflant l'odeur des punaises de lit dans les maisons de Jack et Lori Grigg à Tyrone City le vendredi 29 mai 2020.Après avoir atteint la cruche cible, Rudy qu'il a appris à chercher et s'assoit soudain à côté.


© Gillis Benedict / Livingston Daily
Un Labrador retriever nommé Rudy suit un arrangement circulaire qui contient principalement des boîtes vides et sent l’odeur des punaises de lit à la maison de Jack et Lori Grigg Tyrone Township le vendredi 29 mai 2020. En arrivant à la boîte, Rudy reconnaît l’odeur. il est formé pour trouver et s’assoit soudain à côté de lui.

Des échantillons de coronavirus sont requis

Leur plus gros obstacle est d’obtenir des échantillons du virus.

Le couple a atteint l’hôpital, la maison de retraite et les réseaux sociaux sans aucune chance.

“Pour l’instant, nous l’attendons, nous ne trouverons personne avec”, a déclaré Jack Grigg, 59 ans.

Le processus de collecte est simple, ont-ils déclaré, Griggs a fourni tous les échantillons d’accessoires, y compris des gants en coton et des chaussettes en nylon.

“Nous avons besoin d’un virus”, a-t-il déclaré. “Je déposerais un échantillon de pack avec des gants et des chaussettes. Demandez-leur de le mettre pendant 10/15 minutes.”

Après avoir reçu les échantillons, Lori Grigg a déclaré qu’ils seraient manipulés “avec toutes les précautions” et placés dans le congélateur pour le stockage.

“Finalement, le virus meurt”, a-t-il déclaré, mais l’odeur demeure.

Jack Grigg a déclaré que les chiens détectent la réaction du corps au virus par les odeurs, moins par les odeurs du virus.



un gros chien brun debout sur le trottoir: le retriever du Labrador Rudy est assis à côté de lui qui pourrait avoir un conteneur de punaises de lit, son signe qu'il a repéré l'article qu'il a été formé à trouver chez Jack et Lor et un chenil à Grigg Tyrone Township le vendredi 29 mai 2020.


© Gillis Benedict / Livingston Daily
Le Labrador Retriever Rudy est assis côte à côte, qui peut avoir un conteneur pour les punaises de lit. Il rapporte qu’il a repéré l’article qu’il cherchait au domicile et aux chenils de Jack et Lori Grigg dans le canton de Tyrone le vendredi 29 mai 2020.

“Les chiens ont la capacité de distinguer les odeurs … Nous voulons qu’ils puissent se différencier par le parfum humain ou l’eau de Cologne”, a-t-il déclaré. Par exemple, si je fais un piment et que l’un des chiens entre, ils disent de ne pas sentir le piment. Ils sentent la Papouasie, la tomate, l’ail, l’odeur du burger. ”

Dans leurs observations, les chiens peuvent sentir les odeurs de la collection et avertir d’une perspective commune entre eux.

“Si nous avons 10 personnes différentes, nous aurions 10 échantillons différents afin que nous puissions former le chien en espérant l’odeur cohérente que le chien apprendra que c’est celle qui vous traite”, a déclaré Lori Grigg.

Par conséquent, le couple a besoin d’échantillons de plusieurs patients positifs pour que le chien soit formé à avertir d’une réaction humaine indépendamment des odeurs secondaires.

“Vous voulez que le chien puisse le reconnaître chez un certain nombre de personnes différentes. Les drogues que les gens utilisent ont de la matière, leurs odeurs corporelles régulières …”, a-t-il dit.

Comment ça marche

Il y a plus de 25 ans, le couple a fondé une société de dressage de chiens, Paradise Dog Training LLC, qui se consacre à la formation de chiens pour les personnes, les entreprises et les hôpitaux.

Le processus de formation pour les chiens de détection COVID-19 est similaire à la formation pour un chien d’alerte diabétique, a déclaré Jack Grigg.

Des échantillons de parfum sont prélevés sur un individu et utilisés pour initier une réaction par confirmation alimentaire positive.

Le couple s’entraîne à l’aide de «pots parfumés», de nouveaux pots de peinture qu’ils achètent à la quincaillerie. Différents articles tels que la nourriture, le dentifrice et le maquillage sont placés dans différentes boîtes en plus d’une boîte contenant un échantillon de parfum.

Les chiens sont entraînés à mettre leur tête dans des canettes, à renifler et à indiquer s’il y a un échantillon de parfum, assis à côté de la boîte.

De même, la paire prend des gants et des chaussettes collectés auprès d’une personne COVID-19 positive pour des échantillons de parfum.

Il faut environ neuf mois pour former un chien alerte diabétique et environ trois mois pour détecter un chiot. Ils ont quatre chiens qui souhaitent les insectes au lit et prévoient de traverser pour détecter le virus.

Lori Grigg prévoit que la formation croisée de ces chiens prendra environ trois semaines car les chiens comprennent déjà les bases de la recherche.

Dans le passé, le couple a collaboré avec des étudiants en médecine de la Wayne State University et espère collaborer avec eux dans la recherche de chiens COVID-19 après le début de l’école.

Les personnes intéressées à soumettre un échantillon doivent appeler le 810-714-4861 ou envoyer un courriel à jack@paradise-dogtraining.com

Contactez Kayla Daugherty au 517-552-2848 ou kdaugherty@gannett.com. Suivez-le sur Twitter @ KayDaugherty92.

Cet article a été initialement publié dans le Livingston Daily: le couple du canton de Tyrone espère former des chiens de détection COVID-19; qui ont besoin d’échantillons de virus

MÉTHODE POUR DRESSER VOTRE CHIEN seulement 15 min par jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *